« Quelle audace d’oser revenir auprès de votre Seigneur en ayant si lamentablement échoué dans la mission que je vous avait confié!!! » rugit le Seigneur des Ténèbres sur son sombre trône. Les gobelins sont terrifiés, sa colère déferle sur eux en vagues de haine, il lui faut un responsable, quelqu’un doit payer de sa vie! Chaque gobelin tente désespérément de convaincre le Seigneur des Ténèbres qu’il n’y est pour rien dans cet échec cuisant, rejetant la faute sur les autres.

Ce jeu demande beaucoup d’imagination. En effet, autour d’une table, chaque gobelin tien en sa main des cartes permettant de construire le récit de leur aventure. Hors, une certaine cohérence doit être conservée sous peine de se faire exécuter! Il faut donc réussir, en fonction des propos des autres gobelins, et des cartes que l’on a en main,à convaincre le Seigneur des Ténèbres de son innocence. Il est impératif d’utiliser au moins une carte pour soutenir le récit, qu’il s’agisse du petit texte marqué dessus ou d’un élément du dessin. Il faut être réactif, improviser rapidement et savoir contrer les accusations de ses compères. Une deuxième main de carte permet aux gobelins d’accuser leur camarades d’une quelconque erreur ayant fait échouer la mission.

Quand au Seigneur des Ténèbres, il doit, en début de partie, choisir la mission qu’il avait donné à ses larbins. Ils n’ont pas réussi à voler un objet magique surpuissant ou a occire un enfant qui, selon la prophétie, causerai la perte du Seigneur? Ou ont-ils omit de ramener du pain en allant faire les courses? Les possibilité sont infinies! Mais le Seigneur des Ténèbres doit, pendant la partie, réussir à suivre le fil des récits croisés des gobelins, jetant des regards noirs (sous formes de cartes) à ceux qui ne l’ont pas convaincu ou lui auraient manqué de respect!

Au troisième regard noir reçu par un gobelin, ce dernier doit tenter, désespéré, de supplier la grâce du Seigneur des Ténèbres. S’il est chanceux, il sera peut-être épargné… Et la partie reprends. Elle ne s’achèvera seulement quand le sang aura été versé…

Le jeu est simple, pour peu que les joueurs soient imaginatif, et très drôle. Le plus difficile est sans doute de ne pas rire pendant la partie! Une grande souplesse dans les règles permet tous les abus au Seigneur des Ténèbres: un joueur pouffe? Regard noir. Un autre est trop bavard? Regard noir. C’est au bon gré du joueur de distribuer ces cartes aux gobelins au fil du jeu.